Témoignage de Rolande Bellein

(retour Témoignages)

 



Les méfaits du Hatha-Yoga (1)



Je suis heureuse de vous témoigner de ma conversion à Jésus-Christ et de vous dire la raison pour laquelle j'ai renoncé définitivement au Hatha-Yoga et à tout ce qui s'y rapporte. Il est dit dans la Parole que le Seigneur vient à la rencontre de ceux qui le cherchent, "Demandez et il vous sera donné, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira" (Mat 7:7). Il est également dit, "quand un malheureux crie, l'Eternel entend et le sauve de toutes ses détresses" (Ps 34:4).

J'ai crié et il m'a entendue...

Le Seigneur est venu à ma rencontre lors d'un profond désarroi, d'une profonde détresse même, à un moment où je remettais non seulement le sens de ma vie en question, mais mon existence proprement dite.

Voici mon parcours : Baptisée enfant, j'ai fait ma communion solennelle, et adolescente, j'ai rejeté en bloc tout ce qui était religion. Cependant, mon mari et moi nous nous sommes mariés à l'église catholique – pour les familles. Notre fils n'a pas été baptisé enfant car ce n'était pas nos convictions. Nous avons vécu au Gabon pendant 6 ans où mon mari était coopérant, conseiller auprès du ministre des sports, et moi-même j'étais en détachement en tant que Secrétaire de l'Education Nationale, au service des Examens gabonais.

La dernière année de notre séjour, je cherchais un loisir, et une amie me fait connaître un excellent professeur de Hatha-Yoga. Je m'inscris alors pour un cours particulier auquel je me rends toutes les semaines. Comme nous devions revenir en France définitivement en juin 1983, ce professeur me propose de faire un stage d'une semaine dans un Institut d'enseignement supérieur, reconnu par le rectorat de Paris, donc réputé sérieux. J'effectue ce stage et je suis admise à suivre les cours de l'Institut alors que je n'ai qu'un an de pratique au lieu des 3 ans nécessaires. Et me voilà partie pour 3 années de formation...

Alors quelle est la définition du Hatha-Yoga ?

C'est une technique de salut, originaire de l'Inde, qui se propose de libérer notre âme de sa condition charnelle en vue de la faire échapper aux réincarnations terrestres selon la religion hindoue.

Comment ?

par l'exercice d'une discipline physique et corporelle qu'on nomme postures ou asanas, par des exercices respiratoires (pranayama) et par des techniques de concentration et de méditation. C'est une recherche de sérénité au travers de postures. En France nous considérons malheureusement le Hatha-Yoga comme une simple gymnastique, mais nous verrons plus loin que sa pratique n'est pas neutre. Les cours avaient lieu toutes les semaines et cela pendant 3 ans. Il me fallait donc travailler à temps partiel et me rendre de Thiers à Paris en train, pour 2 jours.

La première année j'y suis allée toutes les semaines, la deuxième année tous les 15 jours et la troisième année toutes les 3 semaines car à partir de la 2ième année pour limiter les frais et la fatigue. Nous avions donc organisé un roulement entre étudiantes de province pour récupérer tous les cours et les enregistrements sur cassettes afin de les recopier et se les partager.

Nous devions en tant qu'étudiantes être présentes au cours un minimum de 48h par mois. Je vous donne ces détails pour que vous compreniez que suivre ces cours m'a demandé beaucoup de sacrifices, de temps et d'argent. Les cours de l'Institut étaient onéreux, je devais me loger à l'hôtel une nuit au moins, et ajouter l'abonnement SNCF, le métro, les livres... Puis les stages payants qui s'intégraient aux études. Vraiment c'était un investissement.

J'avais beaucoup de travail, de cours d'anatomie, d'anatomie appliquée aux postures, les contre-indications de ces postures, la physiologie, les études des différentes techniques respiratoires, la diététique, les devoirs, les examens toutes les mois et demi, et en fin de trimestre... et un examen en fin d'année. Vous savez, il existe différentes écoles de yoga, et certains professeurs se disaient enseignants après avoir pratiqué un stage de 15 jours en France ou en Inde par exemple... L'enseignement était sérieux et je me suis réellement investie pour réussir... Cette réussite je la devais en partie à mon mari, qui lui, quand vraiment j'avais trop de travail, me faisait tous les schémas d'anatomie...

Il me fallait obligatoirement enseigner à partir de la deuxième année d'études, ce que je ne souhaitais pas particulièrement. J'avais entrepris ces études pour mon plaisir personnel. Mais, n'ayant pas le choix, je démarrais cet enseignement dans une association de mon village et ensuite j'ai créé mon association de Hatha-Yoga où j'avais 2 cours par semaine avec 5 ou 6 élèves par cours.

Au printemps de cette deuxième année, un grand vide se fit dans ma vie. Et je luttais, mon mari avec moi, pendant 1 mois et demi pour ne pas me laisser entraîner au suicide. Physiquement des crises d'angoisses me saisissaient, m'enserraient du plexus solaire à la gorge, et cela aux environs de 17h30. J'étais glacée au sens propre du terme, pendant une heure. Rien ne pouvait me réchauffer. Ce mal-être se traduisait également par des pensées épouvantables de mort... et cela, à toute heure de la journée. Je vivais une crise existentielle terrifiante.

à suivre