Révélations dans la Parole

(Retour Index)

 



Par quelle autorité fais-tu ces choses ?

par Jean-Louis Coraboeuf

« Jésus se rendit dans le temple, et, pendant qu'il enseignait, les principaux sacrificateurs [archiereus] et les anciens [presbuteros] du peuple vinrent lui dire : Par quelle autorité [exousia] fais-tu ces choses, et qui t'a donné cette autorité ? Jésus leur répondit : Je vous adresserai aussi une question ; et, si vous m'y répondez, je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses. Le baptême de Jean, d'où venait-il ? du ciel, ou des hommes ? Mais ils raisonnèrent ainsi entre eux ; Si nous répondons : Du ciel, il nous dira : Pourquoi donc n'avez-vous pas cru en lui ? Et si nous répondons : Des hommes, nous avons à craindre la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. Alors ils répondirent à Jésus : Nous ne savons. Et il leur dit à son tour : Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais ces choses » (Matthieu 21:23-27).

Au temps de Jésus, le Sanhédrin était composé de 71 membres dont les principaux sacrificateurs [archiereus] et le souverain sacrificateur qui faisait office de président de l'assemblée. Nul ne pouvait enseigner ou juger s'il n'était ordonné dans cette fonction par le Sanhédrin, c'est-à-dire s'il n'en avait reçu l'autorité [exousia] ; le mot grec exousia signifie aussi pouvoir et puissance. L'ordination se faisait par imposition des mains selon l'exemple de Josué ordonné par 71 leaders, c'est-à-dire Moïse et 70 anciens (Nombres 11:16-17,24-25 ; 27:18-23). Un rabbin ordonné avait donc l'autorité pour juger ou décider d'un point de la Torah seulement s'il était accompagné d'un comité de trois anciens [presbuteros] dont au moins un était ordonné.

Jésus ne répondit pas à la question, "Par quelle autorité [exousia] fais-tu ces choses, et qui t'a donné cette autorité ?", car il n'avait pas à se justifier auprès des hommes, son Père l'ayant déjà agréé lors de son baptême (Matthieu 3:17). Jésus avait l'habitude d'aller à la synagogue de Nazareth et de lire les rouleaux de la Haftorah (Luc 4:16-17), mais il n'avait pas reçu l'autorité du Sanhédrin qui lui permettait de commenter la Torah, tout au plus était-il autorisé à lire le commentaire d'un rabbin. C'est pourquoi ceux qui étaient présents dans la synagogue de Nazareth furent étonnés de son commentaire sur la Haftorah (Luc 4:20-22), comme ils le furent aussi de ses enseignements à la synagogue de Capernaüm (Marc 1:21-22).

Cependant, il était permis à un père d'enseigner sa propre famille sans l'autorisation du Sanhédrin. Lorsque sa mère et ses frères demandèrent à voir Jésus, il répondit, "Qui est ma mère, et qui sont mes frères ?" Il répondit alors que Sa nouvelle Famille, c'est "Celle qui est constituée de ceux qui font la volonté de Dieu" (Marc 3:32-35). En ayant agréé Son Fils, Dieu le Père lui donnait ainsi Son autorité afin qu'il puisse légalement enseigner Sa nouvelle Famille. Après sa mort et sa résurrection, Jésus qui n'était pas un descendant d'Aaron, a traversé le Tabernacle céleste et est entré une fois pour toutes dans le lieu Très Saint en tant que Souverain Sacrificateur (Hébreux 9:11-12). Dieu l'a ainsi établi sur Sa maison afin que nous ayons par son sang accès au sanctuaire céleste (Hébreux 10:19-22).