Révélations dans la Parole

(Retour Index)

 



L'Aliya de Jésus

par Jean-Louis Coraboeuf

« Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Esaïe. L'ayant déroulé, il trouva l'endroit où il était écrit : L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres... Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s'assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire : Aujourd'hui cette parole de l'Ecriture, que vous venez d'entendre, est accomplie » (Luc 4:16-21).

L'administrateur de la synagogue appelle des personnes à 'monter' (aliyah en hébreu, pluriel aliyot), chacun à son tour, à la Torah pour en faire la lecture ; ce qui est un honneur. Plusieurs personnes montent ainsi pour la lecture de la Torah le jour du Shabbat ; un sacrificateur, s'il est présent, est appelé pour le premier aliyah, puis un lévite pour le second aliyah, et un ou plusieurs israélites pour les aliyot suivants. Pour qu'un israélite puisse faire l'aliyah il doit avoir fait sa Bar Mitzvah à l'âge de 12 ou 13 ans. Ainsi la Torah est lue par le sacrificateur, le lévite ou un israélite, puis la Haftorah est lue par un ou plusieurs israélites. La Haftorah est composée des textes des Prophètes en relation avec la portion de Torah lue.

Après sa Bar Mitzvah, un garçon peut poursuivre ses études dans une yeshiva, école d'étude de la Torah, pour devenir rabbin ou sacrificateur, ou apprendre un métier, en général, celui de son père. Ses parents de Jésus étant modestes, celui-ci apprit donc le métier de son père, Joseph, après avoir effectué sa Bar Mitzvah (Luc 2:41-42). Selon la Loi juive, il pouvait lire publiquement une portion de la Torah ou de la Haftorah, mais il n'était pas autorisé à la commenter ; c'était réservé aux rabbins, aux sacrificateurs et aux lévites qui avaient reçu l'autorité de leurs maîtres (Luc 20:2). Lorsque Dieu appela Moïse, celui-ci fit son aliyah sur le mont Sinaï pour recevoir la Torah, "Moïse monta vers Dieu" (Exode 19 et 20), de même, lorsque l'administrateur l'appela, Jésus fit son aliyah vers la Haftorah pour lire le passage qui parlait de lui.

Jésus qui avait coutume d'aller à la synagogue le jour du Shabbat, devait être régulièrement appelé à faire son aliyah pour la lecture de la Torah ou la Haftorah. Cependant, il n'était pas autorisé à commenter les Ecritures. C'est pourquoi les gens furent étonnés lorsqu'il prit la parole et dit, "Aujourd'hui cette parole de l'Ecriture, que vous venez d'entendre, est accomplie". Certains disaient, "C'est le fils de Joseph", sous-entendu c'est un charpentier, pourquoi le croirions-nous ? C'est ainsi que Jésus ne fut pas reçu dans sa propre synagogue, il dut même fuir la colère de ses compatriotes car aucun prophète n'est bien reçu dans sa patrie (Luc 4:23-30).