Révélations dans la Parole

(Retour Index)

 



Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups

par Jean-Louis Coraboeuf

« Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-dix autres disciples, et il les envoya deux à deux devant lui dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller... Partez ; voici, je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni souliers, et ne saluez personne en chemin. Dans quelque maison que vous entriez, dites d'abord : Que la paix soit sur cette maison ! Et s'il se trouve là un enfant de paix, votre paix reposera sur lui ; sinon, elle reviendra à vous... Dans quelque ville que vous entriez, et où l'on vous recevra, mangez ce qui vous sera présenté, guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : Le royaume de Dieu s'est approché de vous. Mais dans quelque ville que vous entriez, et où l'on ne vous recevra pas, allez dans ses rues, et dites : Nous secouons contre vous la poussière même de votre ville qui s'est attachée à nos pieds ; sachez cependant que le royaume de Dieu s'est approché... » (Luc 10:1-11).

L'agneau fait référence au Royaume de Dieu et le loup au monde. Lorsque Jésus dit, "Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups", il demanda à ses 70 disciples d'aller dans le monde mais sans les choses du monde. En effet, la bourse, la besace, les sandales et le bâton (Matthieu 10:10) représentent la sécurité, les valeurs et les méthodes du monde. Le Royaume de Dieu est manifesté, mais il n'est pas encore établi (Esaïe 11:6). Jésus demanda donc à ses disciples d'aller dans le monde avec les valeurs du Royaume et la protection du Berger divin (son bâton et sa houlette) qui pourvoira à tous leurs besoins pendant toute la durée de leur mission.

Ces disciples devaient aller en précurseurs dans tous les lieux où Jésus devait lui-même aller. Mandatés par le Prince de la Paix, ils devaient donc proclamer Son 'Shalom Aleikhem' sur la maison ou la ville où ils étaient censés demeurer. En cas de refus ils ne devaient surtout pas insister, mais au contraire partir en secouant la poussière de leurs pieds en signe de désapprobation. L'enfant de paix, c'est littéralement 'un fils du Shalom', c'est-à-dire quelqu'un de chaleureux, mais aussi quelqu'un prêt à recevoir le Royaume de Dieu. Dieu n'a-t-il pas dit à Moïse, "Tu construiras le Tabernacle avec les offrandes faites par tout homme au coeur bien disposé" (Exode 35:5). Jésus désire aussi établir son Royaume avec ceux qui ont le coeur bien disposé et qui ne regardent pas sans cesse en arrière (Luc 9:62), comme à regret.

Comme Jésus envoya les 12 disciples en Israël (Matthieu 10), puis les 70 disciples en Samarie (évoquant les 70 nations de l'époque), il nous envoie aussi dans tous les lieux où il désire aller, c'est-à-dire toutes les nations (Matthieu 28:18). Lorsque Christ est en nous, le Prince de la Paix, nous n'avons plus besoin des sécurités du monde, il est notre Berger. Sa présence en nous témoignera de la proximité du Royaume de Dieu ; ceux qui nous accueilleront bien accueilleront aussi Celui qui nous a envoyé ainsi que notre Père céleste. Jésus a dit "Priez le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers", nous devons effectivement demander à notre Père céleste d'envoyer de vrais ouvriers, de vrais ambassadeurs du Royaume, des ouvriers-agneaux remplis des valeurs du Royaume pour engranger la moisson finale.