Révélations dans la Parole

(Retour Index)

 



L'aveugle de naissance

par Jean-Louis Coraboeuf

« Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui posèrent cette question : Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? Jésus répondit : Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais c’est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui. Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les oeuvres de celui qui m’a envoyé ; la nuit vient, où personne ne peut travailler. Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde » (Jean 9:1-5).

Jésus rencontra un homme qui était aveugle depuis sa naissance, n'étions-nous pas, nous aussi, quelque part dans cette même situation : depuis la chute, l'homme est conçu dans le péché et naît pécheur (Psaume 51:7). Excepté Jésus, aucun être humain ne peut naître sans péché et encore moins se sauver lui-même. Puisque nous avons été créés à l'image de Dieu qui n'est jamais malade, la maladie ne peut donc être qu'une conséquence de la chute. Peu importe qui a péché, l'aveugle de naissance ne pouvait se guérir lui-même !

Seule une oeuvre divine pouvait libérer l'aveugle de sa cécité, et Jésus était là pour accomplir les oeuvres que Dieu seul pouvait faire. Ainsi, de par notre héritage adamique, nous sommes tous condamnés à la mort éternelle (Romains 6:23) comme cet aveugle était condamné à la cécité durant toute sa vie terrestre. Jésus fut envoyé par le Père pour redonner la vue aux aveugles. De par notre naissance pécheresse, nous sommes tous aveugles et ainsi nous ne pouvons voir la gloire de Dieu manifestée en Jésus (Romains 3:23). Il faut donc un miracle pour recevoir la vue.

L'oeuvre de Dieu c'est que nous croyons en Celui qu'Il a envoyé (Jean 6:29) ; le miracle de Dieu, c'est qu'Il ôte le voile qui nous aveugle afin que nous voyions Jésus et le besoin d'être sauvé par Lui. Le miracle que fit Jésus fut tellement grand qu'il provoqua une division parmi ceux qui connaissaient l'aveugle (Jean 9:17) ; ainsi notre conversion provoquera, elle aussi, du scepticisme, des oppositions, voire du rejet parmi ceux qui nous entourent. Ayant appris qu'ils avaient chassé l'aveugle de la synagogue après qu'il fut guéri, Jésus le rencontra et lui posa cette question fondamentale, "Crois-tu au Fils de Dieu ?" (Jean 9:35) ; celui-ci crut au Seigneur Jésus et L'adora (Jean 9:38). Ainsi, si nous croyons que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, nous serons alors sauvés et nous pourrons Le servir et L'adorer de tout notre coeur.