Révélations dans la Parole

(Retour Index)

 



Le ciel et la terre

par Jean-Louis Coraboeuf

« Et l'ayant trouvé au-delà de la mer, ils lui dirent : Rabbi, quand es-tu venu ici ? Jésus leur répondit : En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera ; car c'est lui que le Père, que Dieu lui-même a marqué de son sceau » (Jean 6:25-27).

Jésus répondit à la foule qui avait vu le miracle de la multiplication des cinq pains et des deux poissons, "Travaillez pour la nourriture céleste et non pour la nourriture terrestre". Puis il leur dit, "C'est mon Père qui vous donne le vrai pain du ciel ; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde... Moi, JE SUIS le pain de vie..." (Jean 6:32-35). Jésus mit en parallèle le ciel et la terre...

"Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre" (Genèse 1:1), puis Il créa l'homme à partir de la terre et lui insuffla la vie afin qu'il devint une âme vivante (Genèse 2:7). Lorsque Dieu créa l'homme, Il prépara à la fois le céleste et le terrestre afin que celui-ci vive et apprenne que l'homme ne vit pas de pain seulement, mais qu'il vit de tout ce qui sort de la bouche de l'Eternel (Deutéronome 8:3). Dans le Jardin d'Eden, l'homme se nourrissait des fruits des arbres, mais aussi des paroles de Dieu. En se promenant dans le Jardin (Genèse 3:8), Dieu parlait à Adam, et ainsi nourrissait son âme à travers cette relation.

Dans son sermon sur la montagne, Jésus enseigna comment prier, "Notre Père qui es dans les cieux !... Donne-nous notre pain d'en-haut [épéimi] et notre pain quotidien..." (Matthieu 6:9-11). En effet le verbe grec épéimi signifie 'être au-dessus' et 'venir à la suite' ; conjugué au participe présent, il signifie 'l'étant au-dessus' et 'l'étant à venir', c'est-à-dire, dans ce contexte, 'le pain d'en-haut à venir'. Afin que le Père céleste puisse régner, Jésus mit en parallèle le céleste et le terrestre, comme l'aurait fait un rabbin de son époque :

  • nous devons sanctifier le Nom de Dieu sur la terre comme il l'est au ciel,

  • nous devons accomplir la volonté de Dieu sur la terre comme elle l'est déjà au ciel,

  • nous devons demander le pain de la terre comme celui du ciel,

  • nous devons pardonner aux hommes (terrestre) comme le Père nous pardonne (céleste),

  • nous demandons de ne pas apporter l'épreuve (terrestre) mais de nous délivrer du Malin (céleste).

Jésus qui fut conduit au désert pour être éprouvé, dut lui-même utiliser l'épée de la Parole pour faire taire le diable, "L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" (Matthieu 4:3-4) !