Révélations dans la Parole

(Retour Index)

 



Les deux Consolateurs

par Jean-Louis Coraboeuf

« Si vous m'aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur [paraklètos], afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous... Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. Mais le consolateur [paraklètos], l'Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14:15-26).

Jésus dit à ses disciples, "Le Père vous donnera un autre consolateur". Cela signifie qu'il y a deux Consolateurs. Le nom grec paraklètos signifie 'appelé aux cotés', 'intercesseur', 'avocat', 'aide', 'consolateur'. Jésus-Christ est donc le premier Consolateur – il est notre avocat [paraklètos] auprès du Père céleste (1 Jean 2:1) – et le Saint-Esprit est l'autre Consolateur qui demeure en nous. Siméon qui était un homme juste et pieux, attendait la consolation d'Israël car il avait été divinement averti par le Saint-Esprit qu'il ne mourrait pas avant d'avoir vu le Messie (Christ) du Seigneur (Luc 2:25-26). En prenant l'enfant Jésus dans ses bras, Siméon vit en lui le Messie qui venait consoler Israël, et Anne la prophétesse vit en Jésus la rédemption de Jérusalem (Luc 2:36-38). Jésus fut donc le Messie de Dieu venu pour accomplir les paroles prophétiques d'Esaïe, "Consolez, consolez mon peuple, parlez au coeur de Jérusalem" (Esaïe 40:1).

Selon le dictionnaire, la consolation est le soulagement d'une affliction. Jésus vint donc pour consoler le peuple d'Israël en mettant un terme à sa servitude et en expiant son iniquité (Esaïe 40:2). C'est pourquoi Jean-Baptiste fut cette voix qui L'annonça en criant : "Préparez au désert le chemin de l'Eternel, aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu..." (Esaïe 40:3-4). Ainsi il amena une partie du peuple d'Israël à la repentance afin que la "Gloire de l'Eternel soit révélée" en la personne de Jésus le Messie (Esaïe 40:5). C'est une parole de Dieu qui s'est accomplie (Esaïe 40:8). La Consolation du Messie est une Bonne Nouvelle pour Jérusalem (Esaïe 40:8). Pour Israël, c'est la fin des mauvais bergers et l'établissement du Bon Berger (Ezéchiel 34:22-23) qui fera paître son troupeau, pansera ses agneaux et prendra soin des brebis qui allaitent (Esaïe 40:11).

Jésus dit à ses disciples, "Il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai" (Jean 16:7). Lorsque Jésus était présent en Israël, il n'était visible qu'à un seul lieu à la fois car il était pleinement homme. Après son ascension, le Père céleste a envoyé son Esprit qui est omniprésent et peut donc se manifester sur toute la terre au même moment. La parole d'Esaïe, "Au même instant, toute chair le verra" (Esaïe 40:5) ne s'est donc pas accomplie lors de la première venue de Jésus. Comme Jean-Baptiste est venu revêtu de l'esprit d'Elie pour préparer la première venue de Jésus, un des deux témoins viendra avec ce même esprit pour préparer la seconde venue de Jésus (Apocalypse 11:3-13). Il se manifestera alors pleinement dans sa gloire aux yeux de tous (Apocalypse 1:7). Lors de sa première venue, seuls ceux qui ont accepté Jésus comme Messie ont été consolés, alors que lors de sa seconde venue, tout le peuple d'Israël sera sauvé et consolé de toutes ses afflictions (Esaïe 52:7-10).