Ma Parole
descendra comme la Rosée

(retour Librairie)

 




La parabole de la femme qui enfante

par Jean-Louis Coraboeuf

« En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira, vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie. La femme, lorsqu'elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue ; mais, lorsqu'elle a donné le jour à l'enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu'elle a de ce qu'un homme est né dans le monde. Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse ; mais je vous reverrai, et votre coeur se réjouira, et nul ne vous ravira votre joie. En ce jour-là, vous ne m'interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. Je vous ai dit ces choses en paraboles. L'heure vient où je ne vous parlerai plus en paraboles, mais où je vous parlerai ouvertement du Père » (Jean 16:20-25).

La femme qui enfante est une parabole concernant la Jérusalem céleste – les disciples de Jésus – qui va pleurer et se lamenter parce que son Messie va mourir. Nous voyons combien les deux disciples qui allaient à Emmaüs étaient découragés au sujet de Jésus de Nazareth, le prophète que le pouvoir religieux avait condamné à mort et crucifié 1. La Jérusalem terrestre, celle des pharisiens et des docteurs de la Loi, va se réjouir parce que ce prophète qui les dérangeait va mourir. Mais à travers la mort et la résurrection de Jésus, la Jérusalem céleste va donner naissance à l'Eglise, le Corps de Christ. C'est pourquoi, après avoir souffert lors de la mort de Jésus, elle va se réjouir de sa résurrection, "Le Seigneur est vraiment ressuscité2.

Cette parabole de la femme qui enfante est aussi l'accomplissement d'une parole prophétique d'Esaïe 54. Après avoir annoncé le Messie souffrant 3, Esaïe parle de deux femmes : celle qui est mariée et qui enfante, et celle qui est délaissée et qui n'enfante pas. Celle qui est mariée représente la Jérusalem terrestre qui continue à avoir des enfants, alors que celle qui est délaissée représente la Jérusalem céleste qui est stérile. En effet, le peuple d'Israël, la Jérusalem terrestre, continuait à se multiplier, alors que la Jérusalem céleste n'enfantait pas car ce n'était pas encore le temps de la visitation de Dieu. Mais avec la venue de son Epoux et de son Créateur (Jésus-Christ), la Jérusalem céleste a cessé de rougir de son déshonneur et de son opprobre. Pour un instant elle avait été délaissée, mais son Rédempteur est venu parce qu'il a eu compassion d'elle 4.

Cette parabole de la femme qui enfante verra aussi un accomplissement prophétique en Apocalypse 12:1-5. La Jérusalem céleste (la femme couronnée de douze étoiles) a enfanté un fils, Jésus le Messie, qui doit paître toutes les nations avec Sa Parole (une verge de fer 5). Jésus fut enlevé [harpazo] vers Dieu et vers Son trône, au jour de l'Ascension 6. Christ, la Tête, est maintenant assis à la droite de Dieu, mais son Corps est encore sur la terre. Un jour, ce Corps, la Jérusalem céleste, sera enlevé [harpazo] dans les airs pour être avec Jésus-Christ 7. La Tête et le Corps seront enfin réunis pour toujours.

_______________________                                                                                                                   (retour Librairie)
(1)  Luc 24:13-21,   (2)  Luc 24:34,   (3)  Esaïe 53,   (4)  Esaïe 54:1-10,
(5)  Esaïe 11:4,   (6)  Apocalypse 12:5,   (7)  1 Thessaloniciens 4:17