Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Zélotes



Le mot Zélote, d'origine grecque (kanai en hébreu, pluriel kanaim), signifie "celui qui est jaloux, au nom de Dieu".

Les Zélotes étaient un mouvement politique Juif du premier siècle après Jésus-Christ qui cherchait à inciter les gens de la Province de Judée à se rebeller contre l'Empire Romain et à le chasser du pays par la force des armes pendant la Grande Révolte Juive (66 – 70 après Jésus-Christ). Lorsque les Romains introduisirent le culte impérial, les Juifs se rebellèrent et furent réprimés. Les Zélotes continuèrent à s'opposer aux Romains, sur le fait qu'Israël appartenait seulement à un roi Juif de la descendance de David.

Dans son livre sur les Antiquités Juives, Josèphe écrivit qu'il y avait alors trois sectes, c'est-à-dire, les Pharisiens, les Saducéens et les Esséniens. Les Zélotes furent la "quatrième secte", fondée par Judas le Galiléen (aussi appelé Judas de Gamla) et par Zadok le Pharisien en l'an 6 (après Jésus-Christ) en opposition à la réforme de la taxe de Quirinius, peu après que l'état Romain eut déclaré que le territoire de la tribu de Juda était une Province Romaine. Ils déclarèrent aussi qu'ils "étaient d'accord avec les idées des Pharisiens, mais qu'ils avaient un attachement sacré à la liberté, et dirent que Dieu était leur seul Maître et Seigneur".

Les Zélotes eurent un rôle prépondérant dans la Révolte Juive de l'an 66. Ils réussirent à prendre Jérusalem et à garder le contrôle jusqu'en l'an 70, lorsque Titus Flavius, le fils de l'empereur Romain Vespasien, reprit la ville et détruisit le Temple (construit par Hérode) en même temps que Jérusalem.

Les Zélotes protestèrent contre l'occupation Romaine et la combattirent violemment pour l'éradiquer. Ils firent des descentes dans les maisons Juives et tuèrent ceux qu'ils considéraient comme des collaborateurs, et ils incitèrent aussi les Juifs à combattre les Romains et les autres Juifs pour leur cause politico-religieuse.

Leurs provocations conduisirent à un suicide collectif des derniers résistants à Massada en l'an 73, afin d'éviter d'être capturés et de devenir esclaves de l'armée Romaine.