Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Yom Kippour



Yom Kippour, le jour de l'expiation, tombe le 10ième jour du mois hébreu de Tishri, et est le point culminant des Grand Jours Saints. Après les dix jours de repentance entre Rosh Hashana (la nouvelle année) et Yom Kippour, les jugements de Dieu détermineront qui vivra une année supplémentaire.

C'est un jour solennel où les Juifs se souhaitent "Gmar Hatima Tova" ("Puissiez-vous être scellés [dans le Livre de Vie] pour de bon"). Pendant la période du Temple, c'était le jour où le grand prêtre apportait dans le lieu très saint le sang de l'offrande pour l'expiation des péchés de la nation d'Israël.

L'après-midi, avant que Yom Kippour commence, les Juifs Orthodoxes vont au bain rituel (mikvé), puis s'habillent entièrement de blanc, symbolisant la promesse de pardon (Esaïe 1:18). Les familles se rassemblent alors pour un "dernier repas" agréable, fait d'aliments qui ne provoquent pas la soif ; car Yom Kippour est un jour de jeûne et de prière, dont le but est d'amener le Juif plus près de Dieu pour une véritable repentance. Après cela, les hommes se rendent à la synagogue enveloppés de leur châle de prière (tallit).

Tout le pays est fermé pendant ce jour (Nombres 29:7). Personne ne conduit, les rues sont vides, la radio et la TV sont silencieuses, et l'aéroport international est fermé. Une enquête montre que plus des deux-tiers des Israéliens observent ce jeûne de 25 heures, durant lequel personne ne boit.

Dès le début du culte du soir de Yom Kippour, le chantre (hazzan) célèbre le Kol Nidrei, une proclamation de libération des voeux non accomplis faits à Dieu de façon impudente ou sous la pression. En vue du Kol Nidrei, l'arche est ouverte et les participants prient le Psaume 97:11 trois fois.

Le Kol Nidrei date au moins du 10ième siècle. Et au 15ième siècle, en Espagne, les Juifs furent forcés à se convertir au Christianisme, ou furent chassés ou exécutés. A Yom Kippour, ces conversos (les convertis), qui étaient obligés de se comporter en chrétiens tout au long de l'année, se rassemblaient en secret pour annuler leurs voeux devant Dieu ; ils étaient toujours Juifs.

La Haftarah (lecture dans les Prophètes) du jour est sur le livre de Jonas, une histoire qui parle de repentance et de retour à Dieu. A la prière de fin (Ne'ilah), les participants répètent les treize attributs de la miséricorde de Dieu (Exode 34:5-7), suivis de Avinu Malkeinu (Notre Père, notre Roi) et du Shema (Ecoute ô Israël – le mot de passe d'Israël). Finalement, tous affirment à l'unisson "Adonaï, Hu Ha'Elohim" (le Seigneur, Il est Dieu), sept fois, et le shofar est sonné, amenant ainsi la fin du Jour Saint et du jeûne.

A Yom Kippour, les Juifs qui n'ont pas encore accepté Jésus (Yeshoua) dans leur vie peuvent, c'est compréhensible, être dans l'incertitude en ce qui concerne le pardon de Dieu pour leurs péchés.