Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Teshouva



Dans le Judaïsme, la repentance, connue sous le nom de Teshouva (mot hébreu, littéralement "retourner" ou "retourner à Dieu"), est la façon d'obtenir le pardon d'un péché.

Selon la Loi Juive, si quelqu'un commet un péché, il peut être pardonné pour ce péché s'il fait une 'Teshouva' qui comprend :

  • cesser de commettre l'action interdite,

  • regretter ce qu'il (ou elle) a fait,

  • confesser ce péché devant Dieu,

  • prendre la ferme résolution de ne jamais refaire ces choses.

A coté de ce processus courant de Teshouva, quelqu'un qui a commis un délit envers une autre personne doit demander pardon à cette personne et se réconcilier avec elle. Si quelqu'un a volé son compagnon, il doit restituer ce qu'il a volé, et si quelqu'un a fait souffrir son compagnon de quelque façon que ce soit, il doit le réconforter pour parfaire son pardon.

Les grandes fêtes Juives sont des temps qui favorisent la Teshouva. Yom Kippour (le Jour du Pardon) est un jour de jeûne dont le point culminent est le scellement du Jugement pour l'année. Pour cette raison, les Juifs s'efforcent de faire leur possible pour être certains qu'ils ont réussi leur Teshouva avant la fin de la journée.

Lorsque le Temple de Jérusalem était encore en activité, les Juifs devaient apporter différents sacrifices selon les types de péchés. Bien que ces sacrifices étaient obligatoires, la part principale du pardon était dans le fait de faire sa Teshouva. Avec la destruction du Second Temple de Jérusalem par les Romains, les offrandes korbanot (sacrifices d'animaux) cessèrent.

Un jour, le rabbin Yochanan ben Zakkai discutait avec son disciple, le rabbin Yeshoshua, après la destruction du Temple de Jérusalem. Le rabbin Yeshoshua regarda les ruines du Temple et dit : "C'est dommage pour nous ! Le lieu du pardon des péchés du peuple d'Israël est complètement détruit !" Alors le rabbin Yochanan ben Zakkai le réconforta avec ces mots : "Ne soit pas triste mon fils. Même si le Temple est détruit, il y a une façon similaire pour mériter le pardon sacré. Nous pouvons l'obtenir à travers nos oeuvres de bonté, car il est écrit : « Je désire la miséricorde et non les sacrifices » (Osée 6:6). (Midrash Avot D'Rabbi Nathan 4:5).