Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Shomronim



Les Shomronim (les Samaritains), connus dans le Talmud comme Kouthim, sont un groupe ethnique du Levant. Ils descendent d'un groupe d'habitants israélites qui a un lien avec l'ancienne Samarie depuis le début de l'exile babylonien jusqu'au début de l'ère chrétienne. Les Shomronim, cependant, tirent leur nom, non de sa désignation géographique, mais plutôt du mot Shamerim, "Gardien [de la Loi]".

Au point de vue religion, ils adhèrent au Samaritanisme, une religion basée sur la Torah, ne reconnaissant que le Pentateuque comme texte inspiré par Dieu. Et ils nient Jérusalem en tant que Centre religieux, choisissant le Mont Garizim à la place (Jean 4:20). Ceci explique pourquoi ils essayèrent d'empêcher la reconstruction de Jérusalem par Néhémie (Néhémie 2:19 et Néhémie 4:2). Les Samaritains revendiquent que leur adoration (en opposition au Judaïsme) est la véritable religion des anciens Israélites, bien avant la construction du Temple de Jérusalem.

En 2005, il y avait environ 700 Samaritains, vivant presque exclusivement à Kiryat Luza sur le mont Garizim, près de la ville de Naplouse (Sichem) et dans la ville d'Holon en Israël. Les Shomronim parlent soit l'hébreu moderne (à Holon), soit l'arabe palestinien (à Naplouse) en tant que langue maternelle. Pour la liturgie, l'hébreu Samaritain et l'hébreu Araméen sont utilisés.

Les Shomronim affirment que le mont Garizim était le lieu saint d'Israël depuis le temps où Josué conquit Israël et établit les dix tribus sur cette terre. Selon la Bible, l'histoire du Mont Garizim nous ramène en arrière, au temps où Moïse ordonna à Josué d'aller avec les douze tribus sur les montagnes près de Sichem, et de placer six tribus au sommet du mont Garizim, le Mont de la Bénédiction, et les six autres sur le Mont Ebal, le Mont de la Malédiction (Deutéronome 11:29). Les deux montagnes furent utilisées comme symbole pour signifier les commandements et servir d'avertissement à celui qui y désobéirait.

Les Shomronim insistent sur le fait qu'ils sont les descendants directs des tribus d'Ephraïm et de Manassé du royaume Israélite du Nord, qui survécurent à la destruction du royaume du Nord par les Assyriens en 722 avant Jésus-Christ.