Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Shmita



La Shmita (mot hébreu שְׁמִטָּה pour 'année sabbatique') est une loi biblique, en Terre d'Israël, qui accorde à la terre une année de jachère tous les sept ans. L'actuelle Shmita a commencée à Rosh Hashana selon le calendrier hébreu (5768 ou Septembre 2007). un second aspect de la Shmita s'applique aux dettes et aux prêts. Lorsque l'année de la Shmita commence, les dettes personnelles sont annulées et graciées. Les rabbins du Talmud, et même plus tard, ont interprété la loi de différentes façons pour alléger la surcharge qu'ils infligeaient aux fermiers et à l'industrie agricole. La façon appropriée de mettre en application cette loi est devenue une source de controverse en Israël.

La Shmita est mentionnée plusieurs fois dans la Bible :

  • dans le Livre d'Exode : « Pendant six années, tu ensemenceras la terre, et tu en recueilleras le produit. Mais la septième, tu lui donneras du relâche et tu la laisseras en repos ; les pauvres de ton peuple en jouiront, et les bêtes des champs mangeront ce qui restera. Tu feras de même pour ta vigne et pour tes oliviers » (Exode 23:10-11).

  • dans le Livre de Lévitique : « L’Eternel parla à Moïse sur le mont Sinaï, et dit : Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras : Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre se reposera, ce sera un sabbat en l’honneur de l’Eternel. Pendant six années tu ensemenceras ton champ, pendant six années tu tailleras ta vigne ; et tu en recueilleras le produit. Mais la septième année sera un sabbat, un temps de repos pour la terre, un sabbat en l’honneur de l’Eternel : tu n’ensemenceras point ton champ, et tu ne tailleras point ta vigne. Tu ne moissonneras point ce qui proviendra des grains tombés de ta moisson, et tu ne vendangeras point les raisins de ta vigne non taillée : ce sera une année de repos pour la terre. Ce que produira la terre pendant son sabbat vous servira de nourriture, à toi, à ton serviteur et à ta servante, à ton mercenaire et à l’étranger qui demeurent avec toi, à ton bétail et aux animaux qui sont dans ton pays ; tout son produit servira de nourriture » (Lévitique 25:1-7).

  • dans le Livre du Deutéronome : « Tous les sept ans, tu feras relâche. Et voici comment s’observera le relâche. Quand on aura publié le relâche en l’honneur de l’Eternel, tout créancier qui aura fait un prêt à son prochain se relâchera de son droit, il ne pressera pas son prochain et son frère pour le paiement de sa dette. Tu pourras presser l’étranger ; mais tu te relâcheras de ton droit pour ce qui t’appartiendra chez ton frère... » (Deutéronome 15:1-6), et « Moïse leur donna cet ordre : Tous les sept ans, à l’époque de l’année du relâche, à la fête des tabernacles, quand tout Israël viendra se présenter devant l’Eternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira, tu liras cette loi devant tout Israël, en leur présence. Tu rassembleras le peuple, les hommes, les femmes, les enfants, et l’étranger qui sera dans tes portes, afin qu’ils t’entendent, et afin qu’ils apprennent à craindre l’Eternel, votre Dieu, à observer et à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi. Et leurs enfants qui ne la connaîtront pas l’entendront, et ils apprendront à craindre l’Eternel, votre Dieu, tout le temps que vous vivrez dans le pays dont vous prendrez possession, après avoir passé le Jourdain » (Deutéronome 31:10-13).

  • dans le Livre de Jérémie : « Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : J’ai fait une alliance avec vos pères, le jour où je les ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude ; et je leur ai dit : Au bout de sept ans, chacun de vous renverra libre son frère hébreu qui se vend à lui ; il te servira six années, puis tu le renverras libre de chez toi. Mais vos pères ne m’ont point écouté, ils n’ont point prêté l’oreille » (Jérémie 34:13-14).

  • dans le Livre de Néhémie : « de ne rien acheter, le jour du sabbat et les jours de fête, des peuples du pays qui apporteraient à vendre, le jour du sabbat, des marchandises ou denrées quelconques ; et de faire relâche la septième année, en n’exigeant le paiement d’aucune dette » (Néhémie 10:31).

  • dans le Livre de 2 Chroniques : « Nebucadnetsar emmena captifs à Babylone ceux qui échappèrent à l’épée ; et ils lui furent assujettis, à lui et à ses fils, jusqu’à la domination du royaume de Perse, afin que s’accomplisse la parole de l’Eternel prononcée par la bouche de Jérémie ; jusqu’à ce que le pays ait joui de ses sabbats, il se reposa tout le temps qu’il fut dévasté, jusqu’à l’accomplissement de soixante-dix ans » (2 Chroniques 36:20-21).

Selon les lois de la Shmita, en Israël, la terre appartenant aux Juifs est laissée non cultivée. Mais cette loi ne s'applique pas à la terre de la Diaspora. Durant les temps bibliques, toutes les plantes qui avaient poussé naturellement étaient laissées pour être récoltées par les pauvres, les étrangers qui passaient et les bêtes des champs. Bien qu'ayant poussé naturellement, ces produits, tels que les grappes de raisin sur la vigne, pouvaient être récoltés, mais ne pouvaient être vendus ou utilisés à des fins commerciales ; ils devaient être soit donnés soit consommés.

Les lois de la Shmita ne s'appliquent pas aux plantes poussant dans les serres ou à l'intérieur des maisons, plantes pour lesquelles on doit habituellement prendre soin.

Durant l'année de la Shmita, les dettes personnelles sont considérées comme annulées au coucher du soleil, le 29ième jour d'Elul. Cependant, cet aspect de la Shmita ne dépend pas du pays, il s'applique à tous les Juifs, en Israël comme partout ailleurs.

(haut)