Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Shiva



Dans le Judaïsme, la Shiva (mot hébreu signifiant "sept") est une période de chagrin et de deuil d'une semaine pour les sept premiers degrés de la famille : le père, la mère, le fils, la fille, le frère, la soeur et le conjoint ; les grand-parents et les petit-enfants ne sont pas inclus. Comme les activités ordinaires sont interrompues, le processus rituel de suivre une Shiva est appelé s'asseoir pour la shiva.

Immédiatement après l'enterrement du défunt (qui arrive traditionnellement le jour suivant le décès), les personnes des sept premiers degrés de la famille prennent le statut légal d'avel ("personne en deuil"). Cette situation dure sept jours, pendant lesquels ces personnes se rassemblent traditionnellement dans une maison et reçoivent les visiteurs.

C'est considéré comme un grand commandement ("mitzvah") de bonté et de compassion de rendre visite aux personnes en deuil. Traditionnellement, il n'y a pas d'échange de salutations, et les visiteurs attendent que les personnes en deuil commencent la conversation. Souvent, les visiteurs récitent les mots traditionnels de consolation, Ha-Makom y'nachem et'khem b'tokh sh'ar avelei Tziyon viyrushalayim, qui signifient "Que l'Eternel vous réconforte parmi les autres personnes endeuillées de Sion et de Jérusalem".

Une fois la conversation engagée par les personnes en deuil, il est tout à fait opportun pour les visiteurs de parler de la personne décédée et de partager ce qu'elles connaissent à son sujet. La Shiva n'a pas pour but de distraire les personnes en deuil en parlant de la personne décédée, mais plutôt de partager leur chagrin avec les amis et la famille.

Habituellement, les personnes en deuil s'assoient sur des tabourets bas, ou à même le sol, pour symboliser la réalité émotionnelle d'être "tiré vers le bas" à cause du chagrin. Pratiquement, les personnes en deuil ne retournent pas travailler avant la fin de la semaine de deuil.

Après la Shiva, les activités retournent graduellement à la normale, bien que les personnes en deuil continuent de réciter le Kaddish pendant un mois lors des prières à la synagogue (11 mois pour un parent), et il y a quelques restrictions concernant les réunions festives et les grands rassemblements, particulièrement si on y joue de la musique.

« Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie se tenait assise à la maison » (Jean 11:20).

Il est évident, selon le contexte, que Marie est en deuil de son frère et est assise pour faire sa Shiva (bien que le Grec utilise uniquement le mot "se tenir assise").