Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Shamash



Shamash (hébreu שמש, pluriel shamashim) est le mot hébreu signifiant employé, serviteur, gardien, concierge ou huissier de la synagogue (« Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur [shamash], et s’assit » Luc 4:20). Shamash fait aussi partie de la Ménorah Juive.

La Ménorah Juive contient donc un pied central appelé Shamash, utilisé pour allumer les autres lampes du chandelier. La Hanoukkia (le chandelier à neuf branches) a huit supports de lampes dans une même rangée et un support séparé pour le Shamash, ou serviteur, qui est utilisé pour allumer les autres lampes.

Pour les Juifs Messianiques, cette image est riche : Jésus, la "Lumière du monde" (Jean 8:12), vint comme serviteur (Marc 10:45) pour donner la lumière à chacun (Jean 1:4-5), afin que nous soyons des lumières pour les autres (Matthieu 5:14).

« Je vous recommande Phoebé, notre soeur, qui est servante [shamash] de l’assemblée qui est à Cenchrées » (Romains 16:1 Darby).

Le mot français habituel pour cette fonction est 'diaconesse' qui est une translittération du mot grec 'diakonos' ; et le mot hébreu équivalent le plus proche est 'shamash', la personne qui s'occupe des tâches quotidiennes des affaires de la synagogue (ou de l'assemblée).

« Je te donnerai les clés du royaume des cieux : ce que tu interdiras (lieras) sur la terre sera interdit dans les cieux, et ce que tu autoriseras (délieras) sur la terre sera autorisé dans les cieux » (Matthieu 16:19 Jewish New Testament).

En conséquence de sa confession, Jésus fait de Pierre à la fois un "shamash" (serviteur), avec les clés, et un "dayan" (juge), qui, comme celui qui peut interdire ou autoriser, établit des jugements légaux selon la Nouvelle Alliance (pour l'Eglise en Matthieu 18:15-20 « Je vous le dis en vérité, tout ce que vous interdirez sur la terre sera interdit dans le ciel, et tout ce que vous autoriserez sur la terre sera autorisé dans le ciel. Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux ». Les mots 'interdire' et 'autoriser' furent utilisés dans le Judaïsme du premier siècle pour signifier 'lier' ou 'délier' (Josèphe, La Guerre des Juifs 1:5:2).