Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Semikhah



Le mot hébreu semikhah (« L’Eternel dit à Moïse : Prends Josué, fils de Nun, homme en qui réside l’Esprit ; et tu poseras [semikhah] ta main sur lui » Nombres 27:18) signifie "étendre" ou "poser" ses mains lors d'une cérémonie d'ordination pour un juge, un ancien ou un rabbin. Imposer les mains est dans le Tanakh (Bible hébraïque) un acte symbolique qui confère ou transfert une fonction, avec ses devoirs et ses privilèges, en accentuant le besoin de la bénédiction et des dons de Dieu pour ce travail.

Dans le Judaïsme, cette pratique remonte jusqu'à l'ordination de Josué et des soixante-dix anciens par Moïse (Nombres 11:16-17, Nombres 11:24-25, Deutéronome 34:9). Seul un rabbin ayant reçu l'ordination avait le droit de juger et de décider des points de la Halakha (Loi Juive), avec un conseil de trois anciens, dont au moins un avait aussi reçu la semikhah.

« Jésus se rendit dans le temple, et, pendant qu’il enseignait, les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple vinrent lui dire : Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t’a donné cette autorité ? » (Matthieu 21:23).

Les sacrificateurs et les anciens, qui étaient aussi Pharisiens, demandaient à Jésus : "quel genre d'ordination [semikhah] as-tu reçue qui te permet d'enseigner avec l'autorité que tu as, de décider des points de la Loi (Halakha) comme tu fais, et de perturber la paix dans la cour du Temple ? Et qui t'a donné cette ordination (afin que nous puissions aussi l'interroger) ?". Mais Jésus ne répondit pas à leurs questions.

Cette pratique (semikhah) est aussi trouvée dans le Nouveau Testament : « et après avoir prié, ils leur imposèrent les mains » (Actes 6:6), et en Actes 8:17,Actes 9:17,Actes 13:3,Actes 19:6,Actes 28:8, 1 Timothée 4:4, 1 Timothée 5:22, 2 Timothée 1:6.