Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Pourim



Pendant les vacances festives de Pourim, le peuple Juif célèbre sa miraculeuse délivrance de l'anéantissement. Le roi Perse Xerxès I (Assuérus dans le livre d'Esther) dominait sur 127 provinces qui allaient de l'Inde à l'Éthiopie, au 4ième siècle avant Jésus-Christ. Le plan diabolique de Haman, que le roi avait établi chef de tous les princes, était d'anéantir tous les hommes, femmes et enfants Juifs de ce très vaste royaume.

A Pourim, le livre d'Esther est lu dans les synagogues au culte du soir et à nouveau au culte du matin. Chaque fois que le nom de Haman est prononcé, toute la congrégation hue, tape du pied et agite ses bruiteurs pour étouffer ce méchant nom.

Bien que le nom de Dieu ne soit pas mentionné dans les dix chapitres du livre d'Esther, chaque détail de l'histoire parle de Sa souveraineté et de Sa fidélité. Les héros sont le sage Mardochée et sa jolie cousine Esther, qui fut choisie reine à la place de Vashti.

Esther dévoila l'horrible complot de Haman, puis, le 14ième jour du mois d'Adar, tous les ennemis des Juifs furent détruits. Dans les villes fortifiées, comme Suse (Esther 1:2), la lutte prit un jour de plus, jusqu'au 15 du mois de Adar. Par conséquent, à Jérusalem (entourée de murs), Pourim est célébré un jour plus tard, à Shushan Pourim. Dieu renversa le sort (Pour en persan) qui avait été jeté contre les Juifs, en le changeant en leur faveur.

La coutume est de se vêtir de costumes et d'offrir des pâtisseries en forme "d'oreilles de Haman" (Oznei Haman en hébreu, mais connu dans la diaspora par son nom Yiddish hamantashen). Ces délicieuses pâtisseries de forme triangulaire sont remplies de graines de pavot ou de confiture. C'est aussi une coutume d'offrir à ses amis et à ses voisins un mishloach manot – un plat avec des Oznei Haman, des bonbons et quelques noix et fruits secs (voir Esther 9:22).