Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Kiddouch



Le Kiddouch (mot hébreu, littéralement "sanctification") est une bénédiction récitée sur le vin ou le jus de raisin pour sanctifier le Shabbat ou la fête Juive. La Torah rapporte deux exigences concernant le Shabbat, "le garder" et "s'en souvenir" (shamor et zakhor). La Loi juive exige que le Shabbat soit observé à ces deux égards. On peut "le garder" en s'abstenant de faire 99 activités interdites, et on peut "se souvenir" en prenant des dispositions spécifiques pour ce jour, particulièrement lors de la célébration du Kiddouch.

Réciter le Kiddouch avant le repas du soir du Shabbat et des fêtes Juives est ainsi vu comme un commandement de la Torah (comme c'est expliqué dans la Torah Orale). Réciter le Kiddouch après la prière du matin lors du Shabbat et des fêtes Juives, est cependant une exigence d'origine rabbinique.

Pour honorer le commandement (mitzvah) de réciter le Kiddouch, un gobelet d'argent est souvent utilisé (environ 150 ml). La personne qui a récité le Kiddouch, boit ensuite du vin de ce gobelet, et le reste est passé autour de la table ou versé dans des petites coupes pour les autres participants.

Avant de réciter le Kiddouch, le hallah (pain spécial pour le Shabbat), qui est le prochain aliment mangé en l'honneur du Shabbat ou de la fête Juive, est d'abord couvert d'une étoffe. Selon la Loi religieuse (Halakha), la bénédiction du pain passe avant la bénédiction du vin. Cependant, afin de débuter le repas avec le Kidouch, le hallah est recouvert pour "l'enlever" de la table. On peut interpréter le fait de couvrir le pain de façon allégorique, en expliquant que cette action rappelle que nous devons rester sensibles aux autres.

Le texte du Kiddouch du repas du vendredi soir commence avec le passage de Genèse 2:1-3 (« Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son oeuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son oeuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son oeuvre qu’il avait créée en la faisant ») pour témoigner de la création divine de la terre et la cessation du travail de Dieu le septième jour.