Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Kapporet



Selon la Bible, le 'siège de miséricorde' (hébreu כפורת, kapporet, traduit en français par 'propitiatoire' [hilastérion en grec]) désignait le couvercle qui se situait sur l'Arche de l'Alliance, et qui avait un rapport avec les rituels de Yom Kippour. Cette expression apparaît dans les épîtres de Paul (Romains 3:25 et Hébreux 9:5) et a de l'importance dans la théologie chrétienne. Le 'siège de miséricorde' n'est pas une translittération du mot hébreu kapporet qui apparaît dans les textes massorétiques, mais plutôt une translittération de William Tyndale (érudit Anglais traducteur de la Bible au moment de la Réforme – 15ième siècle) du mot allemand gnadenstuhl utilisé par Martin Luther dans sa traduction allemande ; gnadenstuhl signifie littéralement 'siège de grâce' dans le sens de 'lieu de la grâce'.

Bien que Kapporet vienne du mot kaphar qui est souvent traduit par 'couvercle', mais qui signifie littéralement 'oublier' ou 'anéantir', impliquant donc que kapporet signifie 'chose qui oublie' ou 'chose qui efface'.

Selon Exode 25:17-22, le 'siège de miséricorde' était en or pur, et avait la même longueur et la même largeur que l'Arche de l'Alliance située sous lui. L'Arche et le 'siège de miséricorde' étaient dans le lieu Très Saint qui était séparé du reste par un épais rideau [parohet], car ils étaient associés à la présence de Dieu. Selon le livre de Samuel, les deux chérubins formaient ensemble un siège pour Dieu (2 Samuel 6:2).

On ne pouvait entrer dans le lieu Très Saint qu'à Yom Kippour, et le souverain sacrificateur seul pouvait officier en aspergeant le sang d'un taureau sur le 'siège de miséricorde' en expiation pour lui-même, sa famille, les autres sacrificateurs, le tabernacle et tout le peuple d'Israël (Lévitique 16:14-17).

En Hébreux 9:5, le mot grec hilastérion traduit par 'propitiatoire' devrait être traduit par 'siège de miséricorde' afin de mieux refléter le rôle de celui-ci pendant Yom Kippour en tant que préfiguration de la Passion de Christ qui a obtenu par son sang une rédemption éternelle (Hébreux 9:12) et ainsi inauguré la Nouvelle Alliance. Le rituel de Yom Kippour était l'ombre des choses à venir (Hébreux 8:5) car il est devenu périmé à la mort de Jésus. Jésus fut envoyé par Dieu pour être une victime propitiatoire (Romains 3:25) et est devenu péché pour nous (2 Corinthiens 5:21).