Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Hoshana Rabbah



Hoshana Rabbah est le dernier jour de la fête, littéralement, « le dernier jour, le grand jour de la fête » (Jean 7:37). Le mot grec megalè ('grand') correspond au mot hébreu rabbah. Ce dernier jour de Soukkot était le point culminant de la fête. Pendant les sept jours précédents, un prêtre attitré (cohen) avait transporté de l'eau dans une cruche en or, de la piscine de Siloé au pied de l'autel, pour que celle-ci soit versée dans le bassin par le grand prêtre (cohen Hagadol). Cela symbolisait les prières qui devaient commencer le jour suivant, et cela pointait aussi sur l'Esprit-Saint qui devait être répandu sur le peuple d'Israël.

Les rabbins associèrent cette coutume avec Esaïe 12:3 « Vous puiserez de l’eau avec joie aux sources du salut ». Le septième jour, le versement de l'eau était accompagnée des prêtres qui soufflaient dans les trompettes d'or, des Lévites qui chantaient des chants sacrés, et des pèlerins qui agitaient leur lulav (branches de palmier, branches de myrte et de saule) et qui chantaient des louanges (Psaumes 113 à 118), incluant ainsi les versets ci-dessous :

« O Eternel, accorde le salut ! [mot hébreu Hoshana]
O Eternel, donne la prospérité !
Béni soit celui qui vient au nom de l’Eternel !
Nous vous bénissons de la maison de l’Eternel.
L’Eternel est Dieu, et il nous éclaire » (Psaume 118:25-27).

Les mots « accorde le salut ! » nous conduisaient jusqu'au jour appelé Hoshana Rabbah, le Grand Hosanna. Cette prière avait une note Messianique, comme nous pouvons le voir lorsque Jésus fit son entrée triomphale dans Jérusalem quelques jours avant sa mort (Matthieu 21:9 et Marc 11:9-10). C'était aussi une prière pour le rachat des péchés, car Hoshana Rabbah était aussi interprété comme étant absolument la dernière chance d'avoir ses péchés de l'année pardonnés. A Rosh-Hoshana, on demande à "être inscrit dans le Livre de Vie" (voir Apocalypse 20:12), et à Yom-Kippour, on espère que cette inscription a été "scellée" ; pourtant, selon la tradition Juive, il reste encore une opportunité de pardon jusqu'à Hoshana Rabbah.