Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Beit Midrash



La Beit Midrash (hébreu בית מדרש, pluriel batei midrash) est salle d'étude (littéralement une 'Maison de l'Interprétation' ou 'Maison d'Etude' en hébreu). C'est différent des synagogues, bien que beaucoup de synagogues sont aussi utilisées comme batei midrash ou vice-versa.

A notre époque, les 'batei midrash' sont plutôt les salles d'étude principales des yeshivot ou des kollelim indépendantes, les deux étant des institutions pour les études religieuses. Le lieu et l'institution sont souvent interchangeables ; ainsi, dans le langage populaire, les yeshivot sont parfois appelées batei midrash.

Les premiers écrits de la littérature rabbinique (ceci inclut la Mishna) font mention de la Beit Midrash comme étant une institution distincte de la Beit din et du Sanhédrin. Cela signifie qu'elle était un lieu pour l'étude et l'interprétation de la Torah, aussi bien que pour le développement de la Halakha (l'application pratique de la Loi Juive).

L'origine de la Beit Midrash remonte jusqu'à la première période rabbinique, c'est-à-dire juste après la destruction du Temple de Jérusalem en 70 après Jésus-Christ. La plus ancienne école rabbinique connue fut établie par le rabbin Yochanan ben Zakkaï à Yavné. D'autres écoles officielles furent bientôt établies par différents rabbins. Ces hommes prennent leurs racines idéologiques en remontant jusqu'aux Pharisiens de la période du Second Temple, particulièrement les Maisons de Hillel et de Shammaï, deux 'écoles ' de pensée.

Depuis la plus haute antiquité, la Beit Midrash s'est développée de façon distincte parallèlement aux synagogues, bien qu'elle soit quelque peu en relation avec celles-ci. La nature de la relation entre la Beit Midrash et la synagogue dépendait de l'autorité rabbinique au temps de l'ancien Judaïsme.

La première Beit Midrash Messianique d'Israël est appelée Hut HaShani (cordon de fil cramoisi) selon Josué 2:18-21 (école fondée et dirigée par le Dr Tsvi Sadan). Ce nom est un symbole faisant référence au Messie apparaissant dans l'histoire de Rahab la prostituée de Jéricho, et au sang de Yeshoua (Jésus). Tout comme le cordon sauva Rahab, ainsi le sang écarlate de Yeshoua sauve les pécheurs. Rahab était l'arrière grand-mère de Jessé, le père du roi David, et est donc une ancêtre de Yeshoua.