Lexique

(Index Français)

(Index Original)

 

 



Avinou



Le Judaïsme enseigne que chaque personne peut parler à Dieu, et que Dieu est près de chacun ; c'est pourquoi beaucoup de prières commencent par Avinou ("notre" père). Néanmoins, le Judaïsme considère que c'est tout à fait inacceptable d'être trop familier avec Dieu.

« Et il (Abraham) reçut le signe de la circoncision, comme sceau de la justice qu’il avait obtenue par la foi quand il était incirconcis, afin d’être le père de tous les incirconcis qui croient, pour que la justice leur fût aussi imputée » (Romains 4:11).

Ainsi, Avraham avinou est "notre" père, non seulement celui des Juifs, mais aussi celui des païens qui croient, d'où "le père de tous". Avraham avinou ("Abraham, notre père") est est une phrase courante dans les écrits rabbiniques et dans la prière du Siddour d'aujourd'hui.

Beaucoup de prières Juives commencent par cette expression : Avinou shèbaShammayim ("notre Père qui est dans les Cieux"). Tous les éléments de la prière de Jésus peuvent être trouvés dans le Judaïsme de son époque :

« Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié !
Que ton règne vienne !
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel !
Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien !
Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés !
Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin.
Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire.
Amen !
 » (Matthieu 6:9-13).

Les lignes 2 et 3 rappellent la première partie de la prière récitée dans les synagogues, le Kaddish, qui dit : "Magnifié et sanctifié (Yitgadal v'yitkadash) est son grand nom dans le monde entier qu'il a créé selon sa volonté, et qu'il puisse établir son Royaume pendant notre vie... ".

La façon d'écrire au pluriel "Donne-nous... Pardonne-nous... Délivre-nous... " est typiquement Juive car elle se focalise sur le groupe plutôt que sur les personnes seules.

Le Talmud rapporte que "Lorsque le rabbin Chiyya ben Abba tombait sur sa face, pour prier, il avait l'habitude de dire 'Puisse Celui qui est miséricordieux nous délivrer du Tentateur (ou du "Malin")" (Kiddushin 81a).

La doxologie "Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen !" est l'écho de 1 Chroniques 29:11.