Enseignements

 

 



La grâce et la foi

par Jeff Davidson

« Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés pour une espérance vivante [zoé] par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage incorruptible, sans souillure, sans flétrissure, réservé dans les cieux pour vous, qui êtes gardés par la puissance de Dieu à cause de la foi, pour un salut qui est prêt à être révélé au dernier temps ; en quoi vous vous réjouissez, tout en étant affligés maintenant pour un peu de temps par diverses tentations, si cela est nécessaire, afin que la valeur éprouvée de votre foi, bien plus précieuse que celle de l’or qui périt et qui toutefois est éprouvée par le feu, résulte en louange, en gloire et en honneur, dans la révélation de Jésus Christ, lequel, quoique vous ne l’avez pas vu, vous aimez ; et, croyant en lui, quoique maintenant vous ne le voyiez pas, vous vous réjouissez d’une joie ineffable et glorieuse, recevant le but de votre foi : le salut des âmes » (1 Pierre 1:3-9 Interlinéaire).

Nous avons ainsi plusieurs choses qui se construisent l'une sur l'autre jusqu'à la fin :

  • Nous sommes engendrés de nouveau pour une espérance vivante (verset 3), alors que le monde n'a plus d'espérance. Cette espérance est vivante (zoé c'est la vie éternelle) car elle est basée sur les promesses de Dieu. Elle a donc la puissance de la vie éternelle pour toutes choses. Selon Romains 4:1-5, Abraham crut dans la promesse de Dieu contre toute espérance humaine.

  • Nous sommes engendrés de nouveau pour un héritage incorruptible (verset 4) qui nous est réservé dans les cieux. Et nous en sommes cohéritiers, avec Christ. C'est comme un compte en banque que nous pouvons utiliser dès maintenant, nous n'avons pas à attendre d'être dans les cieux pour l'utiliser.

  • Nous sommes gardés dans notre salut par la puissance de Dieu à travers notre foi (verset 5). Le jour de la Pentecôte, nous sommes entrés dans les derniers temps (Actes 2:17) avec l'effusion du Saint-Esprit.

  • Nous nous réjouissons même au milieu des épreuves (verset 6) ; se réjouir est un choix. La force spirituelle est libérée dans la joie. Si nous manquons de force c'est parce que nous n'avons pas fait le bon choix. Réjouissons-nous pour que la force soit relâchée pour nous aider à traverser traverser les circonstances.

  • Notre vraie foi est éprouvée (verset 7). Si nous la mettons en action dans les circonstances difficiles, nous devenons des vainqueurs et nous traversons les difficultés jusqu'à ce que Jésus soit révélé. Jésus se révèle lorsque notre foi est éprouvée.

  • Le but de notre foi est le salut (verset 9).

Les prophètes ont vu la grâce, mais ce n'était pas pour eux (versets 10-12). Nous devons ceindre les reins de notre entendement, c'est-à-dire empêcher nos pensées de divaguer (verset 13) ; sinon nous n'allons pas vraiment saisir, ni mettre en pratique toutes ces choses. Soyons sobres et mettons-nous sous la grâce afin de recevoir la révélation de Jésus. Et plus Jésus est révélé, et plus nous avons quelque chose de solide et de stable sur laquelle nous mettons notre espérance : la grâce.

La multiplication de la paix et de la grâce

« la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance [épignosis] de Dieu et de Jésus notre Seigneur » (1Pierre 1:2).

La connaissance pour la connaissance c'est la gnose [gnosis], elle conduit à l'orgueil (1 Corinthiens 8:1). La véritable connaissance [épignosis], conduit à la révélation de Jésus-Christ, c'est l'expérience, nous goûtons et nous voyons ! Et lorsque quelque chose est révélé en Jésus-Christ, nous recevons une grâce et notre espérance s'appuie dessus. Si notre espérance est fondée sur autre chose que la grâce, elle va s'effondrer.

La grâce, Paul l'exprime ainsi, "la grâce c'est tout ce que je suis devenu, et elle a travaillé par moi" (1 Corinthiens 15:10). La grâce, c'est tout ce que Dieu est, tout ce qu'Il a et tout ce qu'Il peut faire. Mais la grâce ne peut coexister avec la loi. Paul a dit que son plus grand péché fut son engagement avec la loi.

La gloire est là où est la grâce ; elles sont indissociables (Jean 1:14-17). Jésus venu en chair est le prototype de la Parole, et nous avons reçu sa plénitude (tout ce qu'il a) et grâce pour grâce, c'est-à-dire que nous avons d'abord reçu la grâce pour entrer ensuite dans la plénitude de sa grâce. Beaucoup connaissent des choses au sujet de Jésus, mais ne connaissent pas Jésus personnellement. Nous devons Le recevoir pour nous-mêmes.

La loi a été une parenthèse dans la foi (Jean 1:17), car Abraham, Isaac et Jacob vécurent par la foi avant la loi, et depuis la venue de Jésus sur terre nous vivons, nous aussi, par la foi. La loi fut le pédagogue qui conduisit à la foi (Galates 3:23-25). Mais les tables de la loi sont devenues une pierre d'achoppement. Ce n'est pas le véritable Evangile si la loi est mélangée à la foi (Galates 3:1-3). La loi c'est la chair, et la grâce c'est l'Esprit. La chair ne peut vaincre la chair, ce fut l'Esprit. Et celui qui marche par la chair est ennemi de Dieu (Romains 8:7). Celui qui oeuvre par la chair reçoit son salaire comme un dû, c'est la loi, c'est la performance (Romains 4:1-4) ; mais la foi oeuvre par la grâce, car la grâce nous donne la capacité de tout faire. La lettre (loi) tue, mais l'Esprit vivifie (2 Corinthiens 3:6) ; la loi condamne, mais la grâce justifie (2 Corinthiens 3:9). La loi produit des choses temporelles humaines qui sont sans valeur car elles rassasient la chair (Colossiens 2:20-23). Ceux qui vivent par l'Esprit sont fils de Dieu (Romains 8:12-15) ; en effet, nous avons été adoptés fils pour recevoir l'héritage de Dieu le Père.

La loi et la grâce ont le même but, mais la loi manque de puissance car elle agit extérieurement. Par contre, la grâce agit intérieurement, elle nous enseigne comment vivre (Tite 2:11-14). La loi ne peut pas vaincre la chair, c'est pourquoi Dieu a envoyé son Fils dans la chair pour condamner le péché dans la chair, et afin que nous puissions vivre par la grâce (Romains 8:3-4).

Grâce et foi

Nous avons été sauvés par la grâce (Ephésiens 2:8), et nous considérons cela uniquement au passé ; mais c'est dynamique, et c'est toujours actif pour nous aujourd'hui. Nous travaillons avec Dieu, et Paul plaide pour que nous ne recevions pas la grâce de Dieu en vain car c'est maintenant le jour du salut (2 Corinthiens 6:1-2) ; c'est aujourd'hui sinon, la grâce est vaine ! Dieu ne permettra pas que nous soyons éprouvés au delà de nos forces (1 Corinthiens 10:13). Mais comment pouvons-nous être vainqueur de l'épreuve si nous négligeons ce si grand salut ? Si nous gardons le salut dans le passé, nous diminuons ses effets.

La grâce c'est le véhicule par lequel Dieu nous envoie Ses promesses, Ses bénédictions et Sa puissance. C'est quelque chose de Dieu qui descend dans notre vie. Les promesses de Dieu sont une description de Sa grâce. Lorsque Sa grâce arrive dans notre vie, le résultat c'est le salut (sozo en grec), mais le mot signifie aussi sauvé, protégé, guéri, complet et marcher dans le bien. Nous sommes sauvés par grâce, mais il y a un autre coté de l'équation, par le moyen de la foi :

Grâce (Dieu) + Foi (nous) = Salut

Avec Dieu nous ne manquons jamais de rien parce qu'Il a déjà pourvu car le chemin du juste est comme la lumière resplendissante dont l'éclat va croissant jusqu'au milieu du jour (Proverbes 4:18). Soyons chaque jour impliqués avec le salut ! Demeurons donc fermes dans la grâce, dans l'entrepôt de la grâce auquel nous avons continuellement accès (Romains 5:1-2). Nous avons accès à tout, mais nous devons nous en saisir par la foi, sinon la grâce sera vaine.

Nous sommes dans l'entreprise "Père et fils", et notre Père aime que nous nous impliquions dans Son entreprise familiale. Si nous demeurons ferme dans la grâce, personne ne nous en fera sortir, excepté nous-même. La promesse d'héritage faite à Abraham est aujourd'hui accessible à tous par la foi en Christ (Romains 4:13-16). La grâce est bien plus forte que le péché et les épreuves car nous la recevons en surabondance afin de pouvoir régner par Jésus-Christ dans notre vie (Romains 5:17).

Mais nous devons croire que ce que nous demandons, nous le recevons. Nous devons croire que c'est aujourd'hui le jour du salut (Marc 11:24). Alors dans un premier temps nous le recevons par la foi, puis nous l'obtenons dans notre vie. Nous devons toujours être, dans nos pensées, en position de recevoir, car il faut recevoir la grâce pour régner dans la vie. En Dieu il y a toujours "un pourquoi, un parce que et un afin que" ; Il nous bénit parce qu'Il nous aime et afin que nous soyons une bénédiction pour les autres. Nous recevons donc la grâce par la foi pour être au service des autres.

L'apôtre Paul fait cette ultime recommandation, "Je vous confie tous à Dieu et à la parole de Sa grâce..." (Actes 20:32), car la foi vient de la Parole (Romains 10:17), et nous avons besoin de la grâce de Dieu et de la foi. Dieu a dit à Paul "Ma grâce te suffit" (2 Corinthiens 12:9), c'est-à-dire "prends ma grâce et tu vas expérimenter la guérison ; trouve ma Parole et laisse la semence agir".

(retour Enseignements)